Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Signer le livre d'or

ICI

Profil

moi.jpeg

Bruno Daniel, je suis né le 08 mai 1965 à Les Damps, marié, 4 enfants et j'habite notre commune depuis 1993.

Contact

16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 09:31

Il fut un temps, déjà lointain, où à La Neuville comme dans bien d'autres villes ou villages de notre canton, les commerçants détaillants étaient beaucoup plus nombreux qu'aujourd'hui. Nous étions alors au début du siècle dernier, dans les années 1900.
Nous pensons surtout aux débits de boisson, aux cafés, aux épiceries qui certes vivaient ou vivotaient sur une petite échelle mais n'étaient nullement imposés ou taxés comme aujourd'hui.
C'était aussi l'époque où les grandes surfaces n'avaient pas encore fait leur apparition pour offrir à l'acheteur des prix chocs et des ristournes importantes.
Les années 1900 ont été une période très florissante à La Neuville où on comptait près de trente commerçants dont sept cafés.
Les gens n'étaient pas bien riches mais ils paraissaient heureux et surtout avaient tendance à s'entraider beaucoup plus que maintenant.

RenoultLa boucherie Renoult, située au 1576 rue des Andelys, faisait partie des commerces très appréciés et prospers. En 1900, pas de chambre froide, la viande était suspendue et attendait le client, la viande parfois recouverte de mouches le vendeur d’un coup de main les écartait  et le boucher ne demandait pas : “ Sac en papier ou en plastique? ”, il enveloppait la viande dans du papier ciré, puis dans du papier journal, et attachait le tout avec une corde qui pendait du plafond et qu'il cassait après l'avoir mis autour de son petit doigt. Une bonne cuisson la dessus, jamais malade (il n’y avait pas de réglementation européenne à ce moment là.).

1905 - 2010

1576 rue des Andelys

Repost 0
Published by bruno - dans Les commerces
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 01:54

 

1473 rue des AndelysLa maison, sise au 1473 rue des Andelys, fut au début du XIXe siècle un relais de poste. En effet, dès 1800, une malle-poste destinée au transport des dépêches et du courrier faisait régulièrement escale ici. Des chevaux frais attendaient dans une petite écurie dans le fond de la cour. Nous pouvons supposer que ce relais était très fréquenté car géographiquement bien placé sur la route Paris - Rouen.

Les années passent et suite à la création de la ligne ferroviaire Paris-Rouen en 1845 et à l’arrivée des transports des courriers sur le rail avec les wagons-poste, l’activité du relais de poste va être réduite pour finalement perdre peu à peu sa clientèle.

1473 rue des AndelysVite transformé en hôtel-restaurant, cet établissement connut à travers le temps plusieurs propriétaires et changea comme il se veut de nom :  Café Chardon vers 1910, Hôtel du Cheval Noir dans les années 1920, Hôtel du Vieux Logis en 1930 et enfin Café Guédin. Depuis 1985, ce café a laissé la place à un salon de coiffure, maintenant fermé depuis le mois d'avril 2013.

1473 rue des AndelysC'est en 1933 que M et Mme Guédin deviennent propriétaire de ce café dans lequel les Neuvillais aimaient venir se retrouver pour discuter entre eux, venir chercher leur paquet de tabac,  acheter une carte postale du village ou boire un "canon" : il y avait toujours quelqu'un pour vous servir. Sur la façade de cette maison, pendant de longues années, il y a eu une pipe (nom officiel : losange) qui indiquait le bureau de tabac du Café Guédin. Le tabac, mais aussi le bureau de la régie des contributions indirectes qui délivrait les acquits pour le transport des alcools. La régie, c'était très sérieux car il ne fallait pas se tromper dans les comptes. Tout transport de vin (même 10 litres) était taxé et devait faire l'objet d'un acquit. Ces acquits, c'était Mme Guédin qui les délivrait et qui les mentionnait dans ses livres. Du vin, mais aussi du cidre, il en sortait régulièrement de La Neuville Chant d’Oisel, la cidrerie Monnier vendant le leur, et il en transitait beaucoup…On y achetait, aussi les vignettes de circulation pour les vélos, de l’essence pour les quelques automobiles de passage…Cidrerie Monnier

Cidrerie Monnier

Dans les années 1950, dans l'ancienne écurie, des bals sont très souvent organisés lors de fêtes communales, lors de mariage et aussi après les commémorations des 14 juillet, 8 mai et 11 novembre. Le café Guédin ouvre dans une pièce attenante au bistro (dans la petite salle au fond de la cour) une salle de danse, une guinguette qui remporte un grand succès. On ne sert pas d'alcool, il faut montrer patte blanche et les garçons d'autres villages doivent être connus s'ils veulent entrer. Dans la salle, les parents accompagnent et surveillent leurs filles. Un garçon pour inviter une fille à danser doit d'abord plaire à la mère et avoir son autorisation.

Tout cela a bien entendu disparu...

1473 rue des Andelys 1473--rue-des-andelys---2013.jpg
 1473 rue des Andelys en 1925
 1473 rue des Andelys en 2013

cafe-Guedin-1910-2010.jpg 1910                                                                 2010

 

Repost 0
Published by bruno - dans Les commerces
commenter cet article