Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Signer le livre d'or

ICI

Profil

moi.jpeg

Bruno Daniel, je suis né le 08 mai 1965 à Les Damps, marié, 4 enfants et j'habite notre commune depuis 1993.

Contact

28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 13:18
A La Neuville Chant d'Oisel, dans le clocher de Notre Dame, il y a toujours eu 2 cloches. Avant la Révolution, deux cloches existent : la première (la grosse de 575 kg) nommée « Michel Marie » date du 17ème siècle et fut donnée par Etienne Doinel. Elle fut baptisée le 1er septembre 1754 par le curé de La Neuville, Pierre Lemercier. Il y a eu, ce jour, une importante cérémonie avec un grand nombre d'habitants venus de plusieurs communes. La seconde (la petite) nommée « Thomas Marie » pèse 200 kg et fut baptisé par l'abbé Pontus le 14 mai 1785.
La convention nationale, dans son décret du 23 juillet 1793, ordonne que les cloches des églises soient déposées pour être fondues et puissent servir à la confection de canons, à l'exception d'une seule réservée à la sonnerie du toscin. A La Neuville, ce ne fut pas sans une certaine opposition des neuvillais, attachés à leurs cloches qui rythmaient depuis des siècles les heures de la journée, que la nouvelle arrive. Le procureur de la commune Michel Bouelle (élu dans les mêmes conditions que le maire, il est chargé de requérir l'exécution des lois) décide de briser les deux cloches. Sous la pression de l’agent national, l’administration communale se décide enfin à suivre les ordres de la Convention et c'est ainsi que la grosse cloche (Michel Marie) fut descendue et envoyée le 8 octobre 1793 à Rouen pour être fondue à Maromme.

Du fait que l'église de La Neuville ne possède plus de grosse cloche et que la petite n'était plus audible à plus de 200 mètres car fendue depuis 1793, le maire Jacques Hardy demande aux trésoriers de La Fabrique d'avancer l'argent et de rembourser les dettes concernant l'achat d'une nouvelle grosse cloche. La somme de 600 francs a permis l'acquisition de cette cloche en 1805, de provenance inconnue, elle mesure près de 4 mètres de circonférence, 1,50 mètres de diamètre et pèse près de 800 kg. Elle porte en relief cette inscription : "Saint Etienne, priez pour nous". En 1927, ses accessoires de suspension, n’ayant nullement les proportions voulues, la rendent très dure à sonner et cette cloche est très usée à l’endroit où frappe le battant ; pour éviter de la casser tôt ou tard, il faut la tourner d’un quart de tour pour que le battant frappe à un endroit moins usagé. Le devis du travail à exécuter s’élève à 1984 francs.

La petite cloche, « Thomas Marie » brisée depuis 1793, rend un affreux  et imperceptible son au-delà de 200 mètres. Sur l'iniative de l'Abbé Guerre, une souscription paroissiale ouverte en avril 1927 d'un montant de 10 600 francs permet d'acquérir une seconde cloche. La "Thomas Marie" est refondue avec les deux tinterelles (30 kg chacune) de l'horloge de la nef puis et baptisée le dimanche 25 mars 1928, elle pèse désormais 550 kgs, mesure 3 mètres de circonférence, 95 cm de diamètre et donne le « Sol ». Elle porte ces inscriptions gravées : "J'ai été fondue en l'An de grâce 1928. Sa Sainteté Pie XI étant Pape. Mgr de la Villerabel, Archevêque de Rouen. L'abbé Guerre, curé de La Neuville Champ d'Oisel. Mr E. Monnier, maire. MM E. Baudry, G. Jobin, L. Foliot, L. Lefer, A. Digard, A. Bichot, Conseillers paroissiaux. J'ai été bénite le 25 mars 1928 par Mgr Jomard, Vicaire Général, et nommée "Louis Jeanne Blanche" par M. Louis Lefer, conseiller paroissial et Mme Emard Baudry, née Jeanne Lerat".

La municipalité de La Neuville Chant d'Oisel a entrepris une rénovation très importante du clocher de l’église en 2003 ; ce clocher qui abrite les deux cloches ont été descendues et envoyées à l’extérieur pour être rechargées (et oui, à force  de cogner le battant creuse l’enveloppe de la cloche), la réparation du clocher se poursuit après que l’entreprise chargée des travaux ait sorti 9 m3 de bois de celui-ci (bois qui est évidemment remplacé).

Après deux années de travaux du clocher, les cloches reviennent en juillet 2005 et résonnent pour le plus grand plaisir des Neuvillais.

cloche-2005-07--3-.jpg  cloche-2005-07--11-.jpg
 cloche-2005-07--13-.jpg  cloche-2005-07--7-.jpg
cloche-2005-07--6-.jpg cloche-2011-07--6-.jpg 
2005 2011


 

Sources : Bulletin religieux de l'archidiocèse de Rouen du 14 avril 1928 / Jules Lamy / Olivier Montier


Partager cet article

Repost 0
Published by bruno - dans L'église