Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Signer le livre d'or

ICI

Profil

moi.jpeg

Bruno Daniel, je suis né le 08 mai 1965 à Les Damps, marié, 4 enfants et j'habite notre commune depuis 1993.

Contact

8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 16:40

 

LA NEUVILLE-CHANT-D'OISEL / MARDI 08 NOVEMBRE 2011

Reçu hier en préfecture, Michel Jeanne a dit « non » au projet de prison dans sa ville.

 

Les habitants de la Neuville se sont mobilisés ce week-end pour dire « non » à la future prison de Rouen (photo Céline Bruet)

  prison-petition.jpg

Pendant tout le week-end, la tension est montée d'un cran à La Neuville-Chant-d'Oisel. A l'invitation de Hugues Veyres, les habitants de cette commune du canton de Boos ont été invités à venir signer une pétition contre le projet d'implantation de la future prison de Rouen. Plus de 1.050 signatures ont été recueillies par l'association « Contre la construction d'une prison à la Neuville » dont les statuts ont été déposés hier en préfecture. Un signe fort envoyé en direction de Michel Jeanne.
prison-la-neuville.jpgLe maire n'est pas resté sourd à la colère populaire. Avant de se rendre, hier matin, à la préfecture de Seine-Maritime à Rouen pour discuter de ce projet très sensible dans l'agglomération rouennaise, il a prévenu l'ensemble des élus qu'un conseil municipal extraordinaire se tiendra mercredi 09 novembre 2011, à 18 h 30, à la salle polyvalente. Avec comme sujet unique, vous l'aurez deviné : la prison. La réunion, qui devrait attirer un public nombreux et passionné, se déroulera sûrement dans un climat apaisé. En effet, Michel Jeanne a pris le soin de déminer le terrain hier. « Nous avons informé Monsieur le secrétaire général du refus de la mairie d'envisager la construction d'un tel établissement sur l'aire de la commune », annonce-t-il.
Ce refus catégorique est lié selon Michel Jeanne « au refus de quelque 50 % des Neuvillais d'envisager qu'un tel ouvrage se construise à La Neuville, notamment pour la qualité du cadre de vie. Je ne vais pas chipoter quand je vois que 796 Neuvillais sur les 1.625 inscrits sur la liste électorale ont signé ». Le premier magistrat de la commune dit également tenir compte de la position de ses voisins : « Boos et Mesnil-Raoul refusent d'être impactées par un tel projet », poursuit Michel Jeanne, qui voit encore deux autres bonnes raisons de ne pas ouvrir les portes de sa ville aux services de l'Etat en charge du projet. « Nous sommes déjà concernés par la rocade Est de Rouen, une collectivité rurbaine ne peut pas supporter toutes les nuisances », indique Michel Jeanne avant d'aborder le point 4 : « ce projet consisterait à consommer quelques 20 ha de terres agricoles. »
Michel Jeanne a le sentiment d'avoir été entendu. « Monsieur le secrétaire général a renouvelé l'engagement du préfet à ne pas envisager d'aller à l'encontre des collectivités qui refusent ce type d'établissement. »
Effectivement, lors de sa rencontre de rentrée avec les médias locaux en septembre, Rémi Caron avait réaffirmé que le site de la future prison de Rouen sera choisi en accord total avec la ville concernée. « Pour moi, le dossier est clos. A l'origine, je voulais organiser un débat citoyen pour discuter du projet. J'ai été pris de vitesse par cette association qui s'est créée pour dire « non » à la prison. Mais je voudrais préciser une chose : personnellement, je n'ai jamais été favorable. Et deuxièmement, les conditions financières liées à l'implantation d'une prison ne faisaient pas partie de mes préoccupations majeures. » Pour la Préfecture, la quête d'un site se poursuit. L'Etat attend des propositions le 30 décembre au plus tard. Mais pour Hugues Veyres, pas question de baisser la garde. « On va tout faire pour garder la dynamique de la mobilisation. On sera tranquille quand on connaîtra le choix final. » Le feuilleton prison n'est pas fini.
T. R.

Partager cet article

Repost 0

commentaires